robert

 

Chor und Kirchenschiff

Pontigny, située à 17 km au Nord d’Auxerre, a été fondée en 1114 comme deuxième fille de Citeaux. C’est  l’une des plus grandes églises abbatiales conservées en Europe avec une longueur de 118m et un transept de 58m de largeur. La nef a été construite de 1140 à 1160, et  le nouveau choeur gothique de 1185 à 1205.

L’église fait penser à un grand vaisseau ayant jeté l’ancre dans la large plaine.

L’abbatiale était le refuge de grands archevêques d’Angleterre. Vers 1160 Thomas Beckett y séjournait. De 1207 à 1213 ce fut Etienne Langton, également archevêque de Canterbury, puis, vers 1240 Edmond Rich. L’histoire nous raconte que ce dernier, malade, décida de rentrer en Angleterre, mais mourut près de Provins. Il aurait fait plusieurs miracles et il sera très vite sanctifié. Ses reliques reposent toujours à Pontigny sous le vocable de Saint Edme. Les pèlerins sont venus le vénérer de toute l’Europe et de l’Asie mineure.

Au début du 20ème siècle Pontigny est devenue le point de rencontre de grands écrivains, philosophes et peintres. Paul Desjardins est le fondateur des « Décades des Pontigny ».

L’abbaye bénédictine de Vézelay, 70 km plus au Sud, est le sanctuaire de Marie-Madeleine. (Patrimoine mondiale de l’UNESCO) Elle est célèbre pour ses sculptures, possède un nef romane construite de 1090 à 1140 et également un choeur reconstruit en style gothique. Il est intéressant de comparer les deux édifices. Ici, les bénédictins et leurs riches sculptures énigmatiques et là les cisterciens avec une église sobre, ne jouant que sur  la lumière,  l’ombre et la pureté des lignes.

 

 

 
2ème apr.Chr. vendageur Escolives

 

 

Auxerre, ses vignobles oubliés

L’origine de ces vignobles remonte à l’époque des Celtes. Le témoin le plus ancien se trouve dans  le site archéologique d’ Escolives-Sainte-Camille (Yonne), au sud d’Auxerre.  Sur la corniche d’un ancien portique d’une longueur de 22 m,  des sculptures du 2ème  siècle après J.C.  représentent des scènes de vendanges (photo). On y reconnait le cépage, dit ‘César’, avec ses feuilles fortement découpées (le césar est probablement réintroduit au 12ème siècle) mais il est toujours en culture à Irancy, village viticole au sud d’Auxerre, bénéficiant de l’appellation  village ‘Irancy’ . Fin Janvier 2016 y avait lieu le Saint Vincent Tournant de la Bourgogne.

Cette région autour de la ville d’Auxerre possédait, avec une surface de 40’000 ha(18’000 ha dans, et dans l’alentour immédiat de la ville) le plus grands vignobles de la France. La commercialisation de ces vins jouissait de tous les privilèges des rois et ils étaient exportés jusqu’ en Russie et en Angleterre.Vers 1830 ces vins comptaient entre les plus chers sur le marché de Paris et bénéficiaient d’une très grande renommée. Lors de la construction des lignes de chemins de fer la ville n’est pas connecté à ce nouveau moyen de transport, plus rapide que les bateaux, et perd des parts de marchés. Après la crise du phylloxéra en 1890, qui conduisit à  l’arrachage des ceps, les viticulteurs se tournèrent vers la culture de céréales et de colza, dont la région est désormais un des premiers producteurs en France.  Aujourd’hui il ne reste  de ces vignobles qu’une surface en culture de 1300 ha.

Les cépages en culture sont le Pinot Noir, le Gamay pour les Crémants, le César, le chardonnay, le Sauvignon.

A quelques kilomètres de là se situe le vignoble de Chablis, mondialement connu pour ces vins blancs issus du cépage Chardonnay. (5’500ha)

En Bourgogne, quel cépage est cultivé uniquement à St.Bris-le-Vineux (Auxerrois), cépage  rencontré plutôt dans le Loiret ?

Comment faire pour obtenir des vins différents à partir  d’un seul et unique cépage?

Histoire à suivre !

© 2011 reisefuehrung-burgund.com | visiter-bourgogne.com Se connecter Powered by Wordpress | Suffusion theme